lundi 20 février 2017

MEG CORBYN, Tome 4, empreintes fauves, d’Anne Bishop

Sorti le 15 février 2017

Résumé : La paix fragile qui règne depuis des siècles entre les Autres et les humains est sur le point d’être brisée. Lorsque les humains tentent de s’en prendre à eux, les Autres doivent décider quelle est la part d’humanité qu’ils sont prêts à accepter. Leur alliance avec les cassandrasangue, prophétesses de sang exploitées pour leurs dons, a modifié l’équilibre des pouvoirs entre les espèces, et si Simon Wolfgard, chef de l’enclos de Lakeside, et son amie Meg Corbyn, considèrent ce changement comme une amélioration, tous ne sont pas convaincus. Un noyau d’humains radicaux cherche à usurper les terres sauvages en attaquant les terra indigene. Ils sont loin d’imaginer qu’il existe des êtres beaucoup plus anciens et plus dangereux que ceux qui peuplent les Enclos – et qu’ils sont prêts à tout pour protéger les leurs…

Mon avis : Il existe différents types de livres. Ceux qui sont plaisants et nous font passer un bon moment, ceux qui nous détendent, ceux qui nous font râler ou encore ceux qui nous font aimer la lecture. Au-delà de tous ces livres, vous avez une autre catégorie : les livres qui vous prennent aux tripes. Le genre de livre qui, une fois que vous les commencez, vous ne pouvez plus vous arrêter et pire encore, vous font en redemander. La saga Meg Corbyn fait partie de ce genre là pour moi.
Avec son univers hors du commun, Anne Bishop me transporte littéralement avec elle dans chacun de ses romans, et pour le moment, je n’ai jamais été déçue.
Bien que le temps de sortie entre deux romans soit long, il ne m’a pas fallu plus de dix lignes pour me replonger dans l’histoire de Meg, cette humaine pas comme les autres, qui aura changé le destin de tous les Autres.

Nous la retrouvons donc à Lakeside après que les humains et le mouvement HAT aient franchi un nouveau cap dans leur agressivité envers les Terra Indigènes. Désormais, les frontières ne sont plus minces mais effacées, et une menace bien plus grande que les Autres s’étend au-dessus de la tête de l’espèce humaine. Malgré les nombreux avertissements, la haine de Mark Griff et de ses hommes envers les Terra Indigènes n’a plus de limites, et même si Meg Corbyn, aidée de l’enclos de Lakeside mais aussi de leurs alliés humains ou Intuits fera son maximum pour limiter les dégâts, rien ne pourra plus faire reculer les Ainés bien décidés à punir les singes intelligents. Reste désormais à savoir ce qu’il restera de Namid après le passage de ces Terra Indigènes primitifs bien plus terrifiants que ceux que les humains ont pris pour cible, et rien ne dit que tous survivent.

Nom de Dieu, à peine ai-je fini ce tome que je veux déjà le suivant ! Pourtant, aucun cliffangher ne vient clôturer le livre mais l’histoire est tellement prenante que je veux absolument savoir la suite et me plonger encore et encore dans l’univers sombre et intense d’Anne Bishop.
Vous l’aurez donc compris, ce tome-ci est un nouveau méga coup de cœur. L’auteur met divinement en place son intrigue sans pour autant la laisser traîner en longueur comme pourraient le faire d’autres auteurs. Non, ici tout est parfaitement rythmé comme un concerto où nous avons des temps forts, des temps joyeux, des temps tristes, voire très durs. Tout est orchestré à merveille, et on ressent tellement d’émotions, surtout cette angoisse oppressante qui plane au-dessus de l’avenir de nos compagnons de route.

Du côté des personnages, nous avons comme dans les tomes précédents, énormément de point de vus différents et donc énormément de personnages principaux comme secondaires. J’aurais pu être perdue mais l’auteur maîtrise tellement son univers et ses personnages que nous avons l’impression d’être avec chacun d’entre eux.

Plus les tomes passent, plus je m’attache à chacun d’entre eux. J’adore Vlad, Tess, Sam, Henry et aussi bien évidemment Meg et Simon.

Meg reste bien évidemment au cœur de cette histoire avec Simon. Leur amitié si particulière est le fil rouge de cette saga, même si l’auteur s’en défend. Nous attendons tous de savoir comment ils vont évoluer et surtout s’ils vont sauter le pas. Alors oui, c’est frustrant mais au final, cette lenteur est tellement logique entre ce Loup plus sauvage qu’homme et cette femme qui n’a connu que les pires côtés des hommes, qu’on finit par apprécier les moindres avancées.

Il y a tellement de choses à dire sur cette saga que je pourrais bien continuer de vous en parler toute la journée mais rien ne vaudra jamais sa lecture, aussi je ne peux que vous recommander de la lire et de la savourer comme moi je l’ai fait.
Je clôturerai cette chronique sur des remerciements qui vont principalement à Milady pour m’avoir permise de le lire avant tout le monde. Et j’espère sincèrement qu’ils continueront de la publier car c’est une saga qui me tient particulièrement à cœur.

Mes extraits :
« – Tu avais dit que nous aurions de petits bisons.
- Eh bien, ce sont des petits bisons, répliqua-t-il.
Elle agita la main en direction de la meute de femelles.
- Nous pensions que tu parlais de bébés bisons.
- A un an, on est encore un bébé.
- Ne vous aventurez pas sur ce terrain-là, marmonna Kawalski.
- D’autres part, poursuivit Simon sans tenir compte du commentaire du policier, si nous avions pris des veaux plus jeunes, il aurait fallu faire venir les mères, qui, elles sont vraiment énormes.
- Oh ! souffla Meg.
La meute de femelles contempla les bisons.
- Ils ont beau être plus gros qu’on ne l’imaginait, ils sont plutôt mignons, déclara Ruth. Et incroyablement dociles.
Jerry Cocher se gratta la tête en tournant vers les arbres tandis que Vlad plaquait son poing contre ses lèvres, les yeux soigneusement baissés. Nyx, quant à elle, arborait le sourire satisfait d’un vampire repu.
Jackson calmait actuellement son appétit à Viande & Verdure, mais Nyx, elle, n’avait pas souffert de la faim pendant le voyage. La placidité des bisons en témoignait.
- Comment va-t-on les appeler ? demanda Meg.
- Déjeuner ? proposa Simon.
Les femelles de la meute lui décochèrent un regard noir devant lequel il se serait volontiers enfui en courant si sa position de chef ne l’en avait empêché. »
*** ***
« - Epicerie générale Walker. Jesse à l’appareil.
- C’est Meg Corbyn, de força-t-elle à articuler.
- Meg ?
Si elle ne sortait pas très vite de ce bureau, elle allait craquer. Elle s’efforça néanmoins de décrire la succession d’images de manière à faire comprendre la situation à Jesse Waalker.
- Des bisons. Des fusils. La mort. Des Loups. Un piège. La mort. Des corps. Des corps. Coup de feu, coup de feu, coup de feu.
- Meg ? lança Jesse, qui paraissait affolée à présent.
Toutes ces scènes dansaient devant les yeux de Meg, insoutenables.
- Fuyez. Cachez les louveteaux. Cachez les enfants. Courez ! Courez !
Terrifiée, Meg suivit son propre conseil. Elle attrapa la clé de la BAR dans son sac à main et se précipita dehors par la porte de service. Dans sa hâte, elle percuta Vlad, mais elle ne pouvait pas s’arrêter. Elle ne pouvait pas parler. Elle ouvrit le garage à la volée, sauta dans la BAR et faillit heurter Simon en reculant.
- Meg ! cria-t-il.
Elle le regarda, cherchant ses mots, et n’en trouva qu’un :
- Cours !
Ecrasant l’accélérateur, elle tourna sur les chapeaux de roues et fonça vers le complexe Wolfgard aussi vite que le permettait le petit véhicule. »

Chronique Tome 1, Tome 2 et Tome 3

Chronique de Sandy Twi-cops
Broché: 425 pages
Editeur : Bragelonne
Collection : BRA.BIT-LIT

2 commentaires:

  1. Il est temps de commencer cette saga, je n'ai jamais été déçue par cette auteure non plus et maintenant qu'il y a 4 tomes c'est l'idéal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fonce! Je ne peux que te la conseiller. Elle sort vraiment des sentiers battus mais elle vaut le coup

      Supprimer